Un extrait : Si faire des strips sur la vie de bureau n’est pas très original (il suffit de voir la profusion d’auteurs de blogs BD qui parlent de leur propre boulot), Phiip parvient à créer quelque chose de finalement très généraliste, presque générique. Sans décor, sans nom de société, presque sans personnage (puisqu’ils se ressemblent tous et ont le même nom), l’auteur transcende le genre. Il n’est plus question du caractère de l’un ou de l’autre, mais d’une vision d’ensemble qui englobe finalement la société (ou plutôt les sociétés). Ce côté impersonnel et métaphorique est clairement la force de l'ouvrage.

Le dessin est très simple mais efficace. Le manque total d’expressivité des lapins ajoute à l’ambiance absurde et noir du propos. On remarque que les premiers strips sont plus hésitants et que le style s’affine au fil des pages, ce qui est assez normal pour une nouvelle série.


les lapins de bureau